1. Home
  2. ...
  3. Autres actualités
  4. Plastique chargé d’une mission

Plastique chargé d’une mission

Unilever s’est engagée en janvier 2017 à optimiser l’utilisation des matériaux recyclables dans ses nombreux flux d’emballages, pour accélérer la transition vers une économie circulaire. En 2025, nous utiliserons uniquement des emballages plastiques qui sont entièrement réutilisables, recyclables ou compostables. Nous voyons en outre de nombreuses possibilités de collaborer avec des instituts du savoir et des partenaires actifs dans toute la chaîne des matières plastiques.

300 millions de tonnes

Recycling centre

Plus que 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, dont 49 tonnes en Europe. Les applications des matières plastiques sont très diversifiées et s’étendent depuis les appareils électriques jusqu’au matériel pour l’agriculture, l’industrie automobile, le secteur du bâtiment et celui de l’emballage.

Nécessité

Le plastique est un matériau d’emballage résistant, léger et fiable, cependant nous connaissons aussi ses inconvénients.

Notre entreprise a besoin d’emballages plastiques pour assurer la protection et la sécurité de nos produits jusque dans la cuisine ou salle de bain du consommateur. Pendant la conception de l’emballage, nous tenons compte de la sécurité du produit, de l’hygiène, du poids, du caractère renouvelable et de la logistique intégrale. Étant donné l’épuisement des ressources naturelles et les nombreux défis environnementaux que lance le plastique, il est plus que temps d’agir efficacement avec ce matériau et de trouver des solutions pour boucler la chaîne plastique.

Inconvénients du plastique

Depuis sa découverte, il y a de cela 110 ans, le plastique est devenu la matière la plus polyvalente et la plus utilisée dans le monde. Il est résistant, léger et constitue un matériau d’emballage fiable. Malheureusement, nous connaissons aussi les inconvénients de ce succès.

Les emballages plastiques sont trop souvent brûlés dans le monde entier, alors que le plastique se prête très bien au recyclage. Il cause beaucoup plus de dégâts quand il finit dans la nature. La mer de plastique dans nos océans – dont plus de 60 % proviennent de cinq pays asiatiques – menace notre écosystème.

Recycler davantage

Selon la Fondation Ellen MacArthur, dont Unilever est partenaire (voir encadré), nous ne recyclons que 14 % des emballages plastiques utilisés dans le monde. 40 % finissent à la décharge et un tiers dans les écosystèmes délicats. La fondation prévoit que, si aucune action n’est entreprise entre-temps, nos océans regorgeront de plastique et le poids de ces déchets excèdera celui des poissons.

Récolter les bons fruits

Selon les estimations, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans en 2050.

Pour remédier à cette situation et continuer à recueillir les fruits du plastique, nous devons passer au modèle de l’économie circulaire et concevoir nos produits de façon à reprendre les matériaux restants et à les réutiliser comme matière première dans le cycle biologique et technique. Regardez ici la vidéo de la Fondation Ellen MacArthur sur l’importance de l’économie circulaire.

Objectif important

Traiter les emballages plastiques comme étant une ressource précieuse et s’y prendre de manière responsable et efficace au terme de la consommation, telle est notre première priorité pour réaliser le 12e objectif des Objectifs de Développement durable : Consommation et Production responsables.

Pour stimuler la transition dans les flux d’emballages à travers le monde, nous nous engageons à :

  1. Faire en sorte qu’en 2025, nos emballages plastiques soient tous conçus pour être réutilisables, recyclables ou compostables.

    À présent, environ 70 % de nos emballages plastiques sont recyclables, en 2025 la totalité de nos emballages le sera. On entend par recyclable, qu’il est techniquement possible de recycler la totalité de nos emballages. Par la collaboration avec les entreprises de tri et de recyclage dans la chaîne, nous voulons aussi faire valoir l’attractivité commerciale du recyclage du plastique.

  2. Nous avons également promis de prolonger de trois ans notre partenariat avec la Fondation Ellen MacArthur.

    Unilever est partenaire depuis 2014 de cette fondation qui, depuis sa création, se profile comme guide d’opinion mondial et milite pour l’économie circulaire. Elle porte cette économie à l’ordre du jour des décideurs publics, des autorités publiques et des institutions scientifiques.

    Protocole plastique

    Nous soutenons l’initiative pour une Nouvelle économie du plastique PDF | 1.32 MB lancée par la Fondation Ellen MacArthur. Nous y travaillons avec des partenaires dans toute la chaîne afin de mettre au point une stratégie transitoire pour toute la chaîne de valeur de l’emballage plastique : Reconception et Innovation, Réutilisation, Recyclage. Nous travaillons en outre avec d’autres parties prenantes de la chaîne, à un protocole plastique qui s’appliquerait à la totalité de l’industrie pour accélérer la transition vers une économie circulaire.

  3. Notre dernier engagement consiste à investir dans les solutions techniques pour recycler les sachets plastiques multicouches.

    La technique de recyclage de ce type d’emballage est encore insuffisante. Voilà pourquoi nous investissons dans le développement de solutions techniques que nous partagerons avec le reste du secteur.

"Si nous voulons continuer à profiter des avantages du plastique, il est clair que nous devions nous investir davantage, afin que l’utilisation post-consommation soit organisée de manière responsable et efficace pour aboutir à un système circulaire. ”

Paul Polman, CEO Unilever

Moindres coûts et croissance

En tant qu’entreprise, nous sommes persuadés qu’il existe un business case convaincant pour prendre ces engagements. En fin de compte, ces mesures permettront de réduire nos coûts. Le plastique perd environ 95 % de sa valeur dès la première utilisation, ce qui représente une énorme inefficacité économique pour notre secteur. Nous sommes en outre convaincus que ces objectifs stimuleront notre croissance.

Nous n’y arriverons pas seuls

La responsabilité d’une infrastructure efficace de recyclage est une responsabilité partagée entre les pouvoirs publics, les entreprises et les parties intéressées. Considérant que 2,5 milliards de personnes utilisent nos produits tous les jours, nos efforts nous permettront de faire une différence considérable. Mais il reste encore beaucoup à faire. Nous souhaitons donc inspirer les entreprises de notre secteur de l’emballage à suivre notre exemple. Nous sommes également décidés à collaborer avec toutes les parties concernées, à la conception et à l’amélioration des infrastructures de collecte et de retraitement, qui sont indispensables à la transition vers une économie circulaire.

Il y a beaucoup à faire

Au cours de cette transition, la contribution des autorités publiques peut avoir un grand effet, par exemple en améliorant l’infrastructure des chaînes plastiques, en investissant dans l’innovation et en développant des méthodes de mesure comparables et validées. Des méthodes qui examinent minutieusement toute la chaîne de valeurs (depuis la conception jusqu’au recyclage) et tous les aspects du développement durable des emballages. Des méthodes qui analysent en outre la combinaison produit/emballage, de même que la réduction du gaspillage alimentaire et la conservation.

Une tâche importante incombe également aux entreprises de tri et de recyclage. Celles-ci doivent innover dans les nouvelles techniques pour optimaliser la transformation des flux de déchets plastiques et la rendre plus efficace. Par exemple, les machines de tri intelligentes qui permettent d’affiner après le tri, grâce à la reconnaissance du type de plastique et à la séparation qui précèdent le recyclage.

Faire soi-même la différence

Enfin, le consommateur tient lui-même un rôle quand il décide d’acheter des produits durables, adaptés à l’utilisation. Ainsi, un sachet à soupe pour une portion, peut parfois être plus durable qu’un emballage familial. Nous espérons que nos efforts donneront confiance au client pour contribuer à un monde meilleur en achetant un produit Unilever. 

Nous collaborons en même temps avec les partenaires du secteur, les communes, les institutions d’enseignement et les centres de connaissance pour promouvoir l’importance de l’innovation et du recyclage et sensibiliser l’opinion publique. L’objectif visé : faire en sorte que tous les emballages ne soient pas uniquement recyclables à 100 % en 2025, mais qu’ils soient réellement recyclés.

Accord national sur les matières premières

Aux Pays-Bas, nous avons renforcé nos promesses en signant l’Accord national sur les matières premières (het Nationaal Grondstoffenakkoord) le 24 janvier 2017. L’accord qui regroupe 180 parties signataires, présente des propositions pour asseoir l’économie néerlandaise sur les matières premières réutilisables. Nous conjuguons nos efforts pour établir des plans concrets dans le domaine de la biomasse, de l’alimentation, des matières plastiques, de l’industrie manufacturière, du bâtiment et des biens de consommation afin d’accélérer la transition vers une économie circulaire

Bonne progression

Nous jouons un rôle moteur au niveau de l’impact de nos emballages sur l’environnement. Nous faisons des progrès et sommes sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs qui sont fixés dans le Plan Unilever pour un Mode vie durable. Ainsi, depuis 2014 nous n’utilisons plus les microsphères plastiques comme produits de gommage dans nos lignes de soins, nous avons atteint notre objectif en 2015 de ramener à zéro les déchets pour les décharges et nous avons réduit de 29 % l’impact total de nos déchets et de 19 % le poids de nos emballages (par rapport à 2010).

1 500 poids lourds bien remplis

Par rapport à notre promesse d’augmenter l’utilisation du plastique recyclé d’au moins 25 % en 2025, nous faisons un pas en avant, car vers la fin de 2025, il sera techniquement possible de réutiliser, recycler ou composter la totalité, soit 100 % de nos emballages plastiques. D’après Paul Polman, la nécessité est évidente : « Tous les jours, le contenu de 1 500 poids lourds bien remplis finit dans nos eaux. Et, comme le disait Leo Baekeland, l’inventeur du plastique : « Nous devons nous incliner devant les faits ; il est temps de boucler la chaîne. »

Fondation Ellen MacArthur

Depuis 2014, Unilever est partenaire mondial de la Fondation Ellen MacArthur. Lorsque la navigatrice britannique Dame Ellen MacArthur, qui a remporté le record du tour du monde à la voile en solitaire, parcourait les mers, elle a pris conscience du caractère temporaire des ressources sur lesquels dépend notre économie linéaire. Elle fonde en 2010, la Fondation Ellen MacArthur dans le but d’accélérer la transition vers l’économie circulaire.

www.ellenmacarthurfoundation.org

Sources : Factcheck plastic recycling KIDV ; Natuur & Milieu en PlasticsEurope/EPRO

(Contrôle des faits sur le recyclage du plastique, par l’institut du savoir sur les emballages durables – Kennisinstituut Duurzaam Verpakken; et EPRO, la plateforme européenne pour la gestion durable des ressources).

L’article a été publié dans Sustainable Living.

Approfondir ces sujets
haut de page

PARLEZ-NOUS

Nous sommes toujours ravis de parler avec ceux qui partagent l'objectif commun d'un avenir durable.

CONTACTEZ-NOUS

Contactez Unilever et ses équipes de spécialistes ou trouvez des contacts du monde entier.

Contactez-nous