Global Nutrition Director Dr Angelika de Bree
Dr Angelika de Bree

Directrice mondiale de la nutrition - Unilever Foods Innovation Centre à Wageningue

Angelika a étudié la nutrition humaine à l'Université de Wageningue ( Pays-Bas) et a obtenu son doctorat en sciences médicales à l'université Radboud de Nimègue. Elle a rejoint Unilever en 2004 et vit à Rotterdam avec son mari et ses trois fils.

Bien devin qui saurait prévoir le visage de notre société au sortir de la crise du Covid-19. Mais en tant que nutritionniste, je suis particulièrement curieuse de savoir comment l’expérience d’une pandémie peut aider à identifier les changements de comportement nécessaires à long terme en matière de choix et de préparation des aliments et des boissons, et quelles seront leurs conséquences sur le plaisir qu’ils procurent.

Voici les trois domaines qui, je l'espère, seront appréciés à leur juste valeur par le public, une fois que nous aurons relevé les défis de cette période difficile.

1. L’origine et la valeur des aliments

Women harvesting seasonal vegetables in a field

Avant la crise, beaucoup d’entre nous considéraient comme acquis les avantages de notre monde intégré, tels que les voyages et les produits bon marché. Mais il est désormais plus difficile de traverser les frontières, de sorte que certains produits ne sont pas disponibles.

En tant qu’entreprise mondiale, Unilever est immédiatement impactée par les difficultés d’importation de certains ingrédients. Force est de reconnaître qu’il lui sera difficile pendant un certain temps de respecter ses revendications telles que « élaboré à partir de tomates italiennes ».

Les consommateurs pourraient bientôt ressentir des effets similaires dans les supermarchés. Après la pénurie de farine, d’œufs et de papier toilette en Europe, une véritable pénurie pourrait survenir pour certains fruits et légumes. Par exemple, la pandémie rendra plus difficile l’embauche de la main-d’œuvre nécessaire à la récolte de fruits périssables tels que les fraises et les cerises cette année. Il en va de même pour la cueillette des asperges et d’autres cultures pour lesquelles la récolte mécanique n’est pas possible.

Gageons que cette crise permettra d’apprécier durablement l’origine de nos aliments, les influences saisonnières et les efforts qu’il faut fournir pour les récolter. J’espère que cette nouvelle manière d’appréhender les choses conduira à moins de gaspillage de nourriture, une évolution qui serait extrêmement bénéfique pour la planète. L’ONU indique dans un document intitulé Empreinte écologique du gaspillage alimentaire – Impact sur les ressources naturelles (PDF | 2,78 Mo, en anglais) que si le « gaspillage alimentaire » était un pays du monde, il serait le troisième plus grand émetteur de gaz à effet de serre, après la Chine et les États-Unis.

2. Les bienfaits de produits abordables et conservables

Knorr tomato soup in a glass container and poured into bowls

Le grand public constitue aujourd’hui des stocks de produits à longue durée de conservation : soupes conditionnées, fines herbes, légumes en conserve et lait pasteurisé. Mais certaines personnes émettent des doutes sur la qualité nutritionnelle de ce type de produits par comparaison avec les produits frais. La raison est toute simple : ces boissons et aliments conditionnés sont souvent associés à des aliments riches en sel, en sucre et en graisses saturées, sous la bannière d’« aliments transformés ».

Cependant, taxer tous les aliments transformés d’aliments nocifs serait une simplification outrancière. Certains procédés, tels que la déshydratation et la pasteurisation, sont utilisés pour rendre les aliments sûrs, abordables et disponibles toute l’année.

L’élément d’accessibilité financière deviendra encore plus important, car le Covid-19 risque de provoquer une récession économique mondiale (selon le Fonds monétaire international). Autrement dit, les consommateurs du monde entier seront plus sensibles aux prix. Les nutritionnistes comme moi jouent un rôle dans la diffusion du message selon lequel certains produits de longue conservation bon marché peuvent être de bons ingrédients pour constituer des repas nutritifs. Par exemple, nous avons démontré que les soupes déshydratées que de nombreuses personnes ont stockées ont la même valeur nutritive que les soupes faites maison. J’espère que le public continuera à apprécier les bienfaits des produits de longue conservation après le Covid-19. Certains sont non seulement nutritifs et compatibles avec un budget serré, mais jouent également un rôle dans la prévention du gaspillage alimentaire. Sans les techniques de transformation telles que la déshydratation, la mise en conserve et la congélation, de nombreux autres produits n’arriveraient même pas au supermarché.

3. Cuisiner et manger ensemble

An array of fresh vegetables ready for cooking

Les plateformes de recettes en ligne ont toujours été populaires. En ces temps de crise, le public recherche toutefois davantage des recettes nutritives avec des conseils et astuces d’experts et de grands chefs afin de pouvoir métamorphoser ses repas en expériences immersives et goûteuses. Les femmes et les hommes cherchent également à puiser l’inspiration dans l’expérience de l’aire de restauration (food court) et à l’introduire dans leur foyer. Parallèlement, ils font aussi participer les enfants à la préparation des repas.

Nous observons également que les ménages entendent faire de leur alimentation une expérience particulière. C’est désormais important, car pendant la journée, nos tables de salle à manger servent de postes de travail et d’espace de bricolage ou d’étude pour les enfants. Pour faire la transition, un changement d’atmosphère peut faire toute la différence.

J’espère ardemment que le partage des moments de cuisine et de dégustation permettra d’acquérir des compétences culinaires pour la vie. Un des effets marginaux possibles de la présence d’adultes et d’enfants se salissant les mains dans la cuisine réside dans la prise de conscience des éléments qui entrent dans la composition d’un repas. En fin de compte, cette évolution permet d’aboutir à de meilleurs choix alimentaires. J’espère surtout que les gens seront heureux d’échanger avec leurs proches autour d’un bon repas.

La crise sanitaire du Covid-19 est terrible. Ses conséquences sont désastreuses sur la société, les entreprises et les individus. La véritable tragédie serait que nous traversions cette pandémie sans évoluer pour un mieux !

Nous avons tous un rôle à jouer pour contribuer à changer nos habitudes : les ménages, les autorités publiques, la société civile et les entreprises. Le résultat de cette mutation nous concerne toutes et tous parce que les habitudes qui sont favorables pour la santé de l’homme sont bonnes pour la santé de la planète.

Suivez ce lien pour découvrir une version légèrement plus longue du billet de blog original d’Angelika.

Approfondir ces sujets
haut de page

PARLEZ-NOUS

Nous sommes toujours ravis de parler avec ceux qui partagent l'objectif commun d'un avenir durable.

CONTACTEZ-NOUS

Contactez Unilever et ses équipes de spécialistes ou trouvez des contacts du monde entier.

Contactez-nous